Réduction de la mortalité maternelle et néonatale au Mali

Le projet de réduction de la mortalité maternelle et néonatale au Mali fait suite au projet de recherche QUARITE qui a confirmé que la formation PGI, jumelée à la mise en œuvre des audits de décès maternels et à l'encadrement, a notablement amélioré les issues de santé pour les mères et les bébés dans les établissements de santé d'intervention. Grâce au financement du département Affaires étrangères, commerce et développement Canada, le nouveau projet renforce l'ampleur de l'intervention QUARITE dans 22 hôpitaux de référence ou régionaux répartis partout au pays et dans au moins 10 centres de santé de base à Commune V, une des sous-régions de Bamako.

Le projet comprend la formation en obstétrique d'urgence et en soins aux nouveau-nés, le soutien à la mise en œuvre des audits de décès maternels, ainsi que l'examen et la mise à jour des directives cliniques connexes. Qui plus est, un projet pilote sera mené dans des établissements de soins de santé primaires sélectionnés afin d'améliorer les capacités de prise en charge de l'hémorragie post-partum, de traitement des complications attribuables à l'éclampsie, et de la prestation des soins au nouveau-né. Comme pour la plupart des projets internationaux de la SOGC, du soutien sera offert aux associations professionnelles en obstétrique-gynécologie et de pratique de sage-femme du Mali pour renforcer leur rôle de chef de file en tant que spécialistes, superviseurs et formateurs dans le domaine des soins maternels et néonatals.

Les taux de mortalité et de morbidité maternelle et néonatale demeurent élevés au Mali. Selon la dernière enquête démographique et de santé (2006), le taux de mortalité maternelle est estimé à 464 par 100 000 naissances vivantes et le taux de mortalité néonatale à 46 par 1 000 naissances. On a identifié les principaux obstacles suivants à l'amélioration de la santé maternelle et néonatale au Mali : insuffisance des ressources humaines comptant les compétences nécessaires; mauvaise distribution des professionnels de la santé entre les zones géographiques et formation du personnel déficiente.

Le principal partenaire de la SOGC dans la mise en œuvre de ce projet est l'Unité de recherche et de formation en santé de la mère et de l'enfant (URFOSAME). S'étendant sur une période de 3,5 ans, le projet cherche à améliorer la qualité des soins prodigués à plus de 3 665 575 femmes en âge de procréer au Mali, et plus particulièrement aux 779 910 femmes et adolescentes enceintes au Mali.

 

Apprenez-en davantage sur le travail de la SOGC au Mali

 

 

Photo: Liette Perron