Blog


ALARM International Program helps medical education resume in Haiti


The SOGC, alongside the Société Haïtienne d'Obstétrique et de Gynécologie (SHOG), is currently delivering ALARM International courses to 5th and 6th year Haitian medical students. These students have a significant need for training in emergency obstetric care, as the January 12th earthquake brought their classes to a halt, meaning that students did not have the opportunity to participate in important practical internships. Notwithstanding, these students will graduate after the completion of their residencies in order to allow the next cohort of medical students to begin their studies and to respond to the current demand for human resources in the health sector.

The ALARM international course is a tool well suited to offering training in emergency obstetric care, particularly because of its practical workshops. It will therefore help Haitian students to resume their medical education and to gain important theoretical and practical knowledge in emergency obstetric care before beginning their residencies.

By the end of August 2010, four ALARM International courses will have been delivered and approximately 200 medical students will have been trained.

Two of the SOGC's volunteer instructors, Dr. Jean-Charles Pasquier and Dr. Rene Laliberté, are writing a blog describing thier experiences in Haiti (unfortunately only available in French):

 


Cours GESTA - Junior, Haïti, Août 2010

Par Jean-Charles Pasquier MD, PhD


Les évènements du 12 janvier 2010 ont ébranlé considérablement les facultés de médecine de Port-au-Prince. La faculté d'État a été détruite pour plus des deux tiers, la faculté de Quisqueya et la faculté Lumière ont été totalement rasé par le séisme. De son côté, la faculté Notre Dame a été plus chanceuse et a conservé une grande partie de ses installations.

Dès le printemps 2010, les rencontres de la SOGC et la SHOG ont fait germer l'idée d'une utilisation du cours GESTA international pour les étudiants finissants d'Haïti. Ainsi, les étudiants actuellement en 5ème et 6ème année qui seront en internat à l'automne pourraient bénéficier d'un séminaire pratique de révision avant le grand saut vers la pratique médicale. Avec l'aide de l'Association des Facultés de Médecine du Canada (AFMC), les doyens des 4 facultés haïtiennes ont été informés de l'opportunité, et suite à des rencontres en mars, mai et juillet, ils ont accepté cette initiative originale, novatrice et fédératrice pour les étudiants haïtiens.

C'est dans ce contexte que 4 cours GESTA-junior de 3 jours seront donnés la deuxième et la quatrième semaine d'août par des instructeurs de la SHOG et de la SOGC à la totalité des finissants haïtiens.

Ce blogue veut rendre compte de l'avancée de cette initiative sur les deux semaines de cours.

 

 

Le samedi 7 août 2010

Départ de Montréal (via Miami) vers Port-au-Prince de 3 membres de la SOGC : Lise Gagnon, Hélène Langlois et Jean-Charles Pasquier. La réception des bagages se fait sans difficulté (photo 1 : attente des bagages à l'aéroport de Port-au-Prince).

Jean Lapin, chauffeur connu de tous ceux qui ont travaillé avec la SHOG, nous conduit à l'hôtel où les chambres climatisées nous permettent de nous reposer, car en août à Port-au-Prince (P-a-P), il ne fait pas chaud, il fait très très chaud (photo 2 : le chauffeur Jean Lapin nous attend).

L'arrivée à P-a-P reste toujours un choc et, même si les principaux axes routiers sont dégagés et même si l'activité urbaine a repris, les séquelles du séisme sont toujours présentes (photo 3 : première impression à P-a-P). Au coin d'une rue, un immeuble est froissé comme une feuille d'aluminium, une maison est aplati comme une crêpe, des dalles de bétons ont perdu leur horizontalité pour trouver un équilibre précaire dans une position qui défie les lois de la construction.

 

 

Le dimanche 8 août 2010

Deux évènements marquent cette journée.

Un coup de main est donné à l'équipe de la faculté de Quisqueya pour le déroulement d'un examen de chirurgie selon le mode ECOS pour 39 étudiants. Lise est responsable de l'atelier de suture (photo 4 : Lise à la station suture), Hélène la station asepsie (photo 5 : Hélène à la station mise de gants chirurgicaux) et Jean-Charles est en charge du chronomètre.

L'après midi, rencontre avec les instructeurs de la SHOG. Discussion sur le programme, la répartition des cours et les ateliers. La discussion va bon train, les compétences sont là, et la discussion est centrée sur ne pas surcharger le programme. En fait, le matériel a été préparé des deux côtés : à Ottawa et au siège de la SHOG.

Notre hôtel est à flanc de montagne (photo 6 : vues depuis l'hôtel Montana).
Un orage se déchaine sur la ville. Les éclairs allument le ciel en pleine nuit. Des pluies diluvienne s'abattent sur les toits et sur les tentes et abris de fortune de nos voisins d'en face. Quelle tragédie nocturne de penser à ces enfants sous les toiles si près de nous, quelle impuissance.

 

 

Le lundi 9 août 2010

Les étudiants de la faculté Notre Dame arrivent les uns après les autres, la salle s'installe avec des tables rondes comme pour un débat. Inscriptions et ouverture de ce cours par le président de la SHOG, le Dr Ronald Fouché, venu spécialement ce matin pour souligner l'importance de l'événement. Le Dr Michel D'Alexis, vice-doyen de la faculté Notre Dame et aussi vice-président de la SHOG motive ses protégés et le cours de trois jours commence par le pré test (photo 8).

Le niveau de connaissance des étudiants est bon. Des notions comme la pression oncotique et la résistance à l'insuline abordées lors du cours sur la physiologie de la grossesse ne sont que des rappels pour la plupart d'entre eux. En revanche, le temps est court et la course contre la montre va être une préoccupation de chaque instant.

La poursuite du travail entraine Mme Lise Gagnon et le Dr Vladimir Larsen dans la phase active du cours (photo 9), suivi par Hélène qui sonne les lignes d'alerte du partogramme (photo 10).

Les ateliers en après midi sont les moments les plus appréciés. C'est une vraie opportunité de rencontre avec les étudiants (photo 11).

Dans l'atelier dystocie des épaule, le sigle" Alarmer" permet aux jeunes médecins de mémoriser les étapes qui sauveront le bébé. Le sigle « ALARMER » commence par « A » comme Aide. Nous n'osons pas parler du séisme du 12 janvier avec les étudiants. Pudeur ou maladresse. C'est pourtant ce qui nous réuni aujourd'hui ici a P-a-P, la poursuite de l'aide post séisme. Comment allons-nous oser en parler avec eux ? Combien d'entre eux sont endeuillés ? Combien ont perdu un parent, un ami, une maison ? C'est inimaginable, ce sont les même étudiants devant nous que partout dans le monde, l'œil vif quand le cours est passionnant et se laissant bercer doucement dès que l'orateur s'oublie à regarder ses diapos.

La vie continue ou reprend a Port-au-Prince. 37 étudiants connaissent ce soir un peu mieux le partogramme, la prise en charge de l'éclampsie et la manœuvre de désenclavement de l'épaule postérieure... C'est peu, mais ils sortent en souriant et cela aussi c'est important.

 

 

Le mardi 10 août 2010

Le second jour est consacré à la poursuite de l'étude des pathologies à l'origine de la mortalité maternelle. L'hémorragie du post-partum a été présentée le premier jour par le vice-doyen de la faculté Notre Dame, le Dr Michel D'Alexis (photo 12). Ce matin, le Dr Vladimir Larsen présente les pathologies hypertensives de la grossesse. Pathologie monstrueuse, l'éclampsie semble s'acharner sur les femmes des pays en voie de développement. Les infections sont ensuite exposées par le Dr Lauré Adrien : infection post-abortum, post-partum et bien sûr le VIH. Les étudiants connaissent très bien la prise en charge afin de diminuer la transmission verticale du virus.

L'accouchement par le siège est un accouchement par voie basse en Haïti jusqu`à preuve du contraire. Il n'est pas question d'aller proposer une césarienne prophylactique sur le plateau de Hinche, si une patiente avec une présentation du siège mode des pieds est admise en salle d'accouchement. La séance plénière est suivie par les ateliers pratiques. Tous les étudiants pratiquent les manœuvres sur le mannequin. La même démarche est proposée pour la réanimation du nouveau né. Séance plénière (photo 13) et travail en petits groupes (photo 14).
Retour a l'hôtel avec Jean Lapin, en 4 x 4 et non en tap-tap (photo 15).

 



Le mercredi 11 août 2010

Cette dernière journée est un véritable festival pédagogique. Nous avons eu la chance de pouvoir bénéficier de la "baraka" du début de la matinée jusqu'a la fin de l'après midi. Il y a des jours comme cela ou tout fonctionne.

Dr Yves Gérard Pierre Louis commence par un cours sur des notions de statistique (photo 16). Introduction à la méta-analyse, et au miracle, les étudiants attrapent les notions, captent l'intérêt de la médecine basée sur les preuves. De son côté, Mme Lise Gagnon enchaine par le droit des femmes à choisir leurs positions d'accouchement. Un film fascine tout le monde. Un choc pour certain. Un silence de yogi remplit la salle quand la patiente se balance à cheval sur son ballon ou suspendue au cou de son amoureux (et futur papa). Lise et Yves Gérard tentent aussi une démonstration "live" (photo 17).

La seconde partie de l'avant midi est consacrée à un atelier d'intégration des connaissances. L'objectif de l'atelier est de permettre aux étudiants de faire des liens entre les différentes parties du cours en développant, en petits groupes, une prise en charge de situation obstétricale complexe. Le groupe de Mme Hélène Langlois excelle dans une petite scène de théâtre où la patiente décide (droits des femmes) d'accoucher à quatre pattes sur une chaise (photo 19), et sort un bébé d'entre ses jambes avec un burlesque digne de la commedia dell'arte. Le bébé qui n'a visiblement pas apprécié les applaudissements refuse de respirer et est pris en charge par deux collègues qui chante 1 2 3 pof (néo rythme chante de réanimation néonatale). La salle est debout et applaudit quand la mère retrouve et berce son bébé en plastique (photo 20).

La photo de groupe réuni tout le monde sur les marches avant le repas de midi (photo 21) et les évaluations commencent.

Six stations d'ECOS sont installées sous les vérandas pendant que les pluies tropicales se déchainent. Les étudiants passent par un circuit en groupes successifs et complètent en 2 heures les post tests sous la surveillance de Denise et de Muranda.

La journée se termine par une évaluation du cours, des adieux pudiques mais sincères, émouvants et émus des instructeurs et des jeunes médecins.

Le premier cours est bouclé.

 

Cours GESTA - Junior, Haïti, Août 2010

Par Rene Laliberté, MD


Le dimanche 22 août 2010


Arrivée à l'aéroport de Port-au-Prince (PAP) vers 15h. Dr François Beaudoin et Mme Hélène Langlois étaient à l'aéroport depuis environ une heure et ont eu la gentillesse d'attendre l'arrivée de mon vol sous une chaleur incroyable - le toit de l'édifice des douanes est métallique, sans climatisation avec une température surement à plus de 40 degré Celsius.

Désolation... les rues sont remplies de débris et de nombreux édifices effondrés. L'Hôtel Montana n'existe plus à l'exception de quelques édifices séparés par la structure principale, qui sont demeurés debout et réaménagés pour accueillir quelques visiteurs où nous y serons logé convenablement. La climatisation fonctionne dans la suite que je partage avec François, mais ne pas dans la chambre d'Hélène...

Nous rencontrons nos collègues Haïtiens vers 16h pour quelques heures afin de finaliser le déroulement du programme.

 

Le lundi 23 août 2010


Ouverture vers 8h : on débute par une courte allocution du Président de la SHOG, le Dr Fouché, et de la doyenne de la faculté de médecine de l'État d'Haïti, Mme Gladys Prosper, ainsi que le pré-test. François poursuit avec une excellente présentation sur la physiologie de la grossesse - nous sommes agréablement surpris par la réception et les connaissances des participants. Puis, nous passons à la gestion du travail et le partogramme et le tout est bel et bien démarré. Tous les étudiants ont fait des accouchements. L'atelier sur l'accouchement normal est d'autant plus intéressant et suscite beaucoup d'intérêts et de questions. L'après-midi est remplie de plénières sur la dystocie épaule, l'hémorragie ante- et post-partum ainsi que la GATPA et se termine par les ateliers sur gestion du travail et le partogramme, l'hémorragie du post-partum et GATPA, gestion de la dystocie de l'épaule ainsi que de nombreuses questions par les participants. Quelle journée bien remplie!

 

Le mardi 24 août 2010


Je viens d'apprendre que c'est l'anniversaire de François: heureux anniversaire François! Il me dit que le 26 août est le premier anniversaire de sa fille Béatrice: bonne fête Beatrice! Grosse semaine pour François, loin de tout son monde...

Et nous démarrons la journée : révision du pré-test un peu difficile et pas mal de controversé sur le travail et bassin dystocique, également la question sur les statistiques nécessite beaucoup d'explications, ce qui fut fait clairement par François. Peut-être devrait-on revoir un peu cette question? Un seul participant a obtenu la bonne réponse...hasard peut-être? Les résultats du pré-test varient de 3 à 15 sur un total de 31...on verra ce que le post-test donnera.

En fin d'après-midi, Hélène et moi quittons avec Dr Lauré Adrien pour Croix-des-Bouquets, sur la route extrêmement encombrée où on voit tous ces villages de tentes et ces petits commerces qui s'installent souvent sur des montagnes de débris de ciment et de poussière....

Devant le Centre de santé Croix-des-Bouquets, dans le milieu de la rue, un immense amas de terre et débris bloque presque toute la rue - apparemment que c'était déjà à cet endroit avant le tremblement de terre - on le contourne et entrons. Le premier plancher est toujours un peu désolant, la salle d'accouchement et la salle pour les soins post-partum nous désole un peu, mais le deuxième étage récemment construit nous surprend. La salle d'opération, qui est fonctionnelle, semble très bien équipée et bien aérée, l'unité de soins est également très bien conçue et vient tout juste de recevoir sa première patiente la veille. Ils ont fait trois césariennes. Le personnel nous reçoit très gentiment et semble bien fier de nous montrer ces nouveau locaux. Ils en sont à ouvrir le "conteneur" qui vient tout juste d'arriver du Canada (Collaboration Santé Internationale de Québec) avec des lits d'hôpital, une nouvelle table d'accouchement, un appareil d'échographie, un moniteur fœtal, etc. Merci à CSI et tous les gens qui se sont occupés d'organiser tout ceci, c'est apprécié au plus haut point et sera certainement bien utilisé pour sauver la vie de femmes en Haïti.

 

Le mercredi 25 août 2010

 

Dernière journée avec notre groupe d'étudiants. Lauré captive tout l'auditoire avec sa présentation sur les « Nombres et Suivi et Évaluation ». Magnifique, Lauré.

Puis on poursuit avec les jeux de rôle sur les complications obstétricales en mettant l'accent sur les droits de la personne et les droits sexuels et génésiques, de bons acteurs qui feront de meilleurs médecins en raison de ces trois jours...

En après-midi, c'est l'examen écrit et les ECOS sur l'hémorragie du post-partum et la dystocie de l'épaule et à la fin, des témoignages émouvants de plusieurs étudiants...notre récompense.

 

 

Photo 1 : attente des bagages à l'aéroport de Port-au-Prince

 

Photo 2 : le chauffeur Jean Lapin nous attend

 

Photo 3 : première impression à P-a-P

 

Photo 4: Lise à la station suture

 

Photo 5 : Hélène à la station mise de gants chirurgicaux

 

Photo 6 : Vues depuis l'hôtel Montana

 

Photo 8 : Le pré test surveillé par le Dr Yves Gérard

 

Photo 9 : Le travail ne stagne pas avec le Dr Vladimir Larsen

 

Photo 10 : Hélène qui sonne les lignes d'alerte du partogramme

 

Photo 11 : Pratique de l accouchement sur le mannequin avec le Dr D'Alexis Michel

 

Photo 12 : Les hémorragies causes majeures de mortalité mondiale (Dr Michel D'Alexis)

 

Photo 13 : Séance plénière

 

Photo 14 : Réanimation du nouveau né pratique en petits groupes avec le Dr Vladimir Larsen

 

Photo 15 : Retour a l'hôtel avec Jean Lapin

 

Photo 16 : Dr Pierre Louis Yves Gerard et l'intervalle de confiance

 

Photo 17 : Pierre Louis, Lise et les choix d accoucher suspendu

 

Photo 19 : Mise en commun de l'atelier d'intégration des connaissances

 

Photo 20 : Mise en commun de l'atelier d'intégration des connaissances

 

Photo 21: Groupe 1 - faculté de Notre-Dame

 

Photo 22

 

Photo 23

 

Photo 24

 

Photo 25