Faire la promotion du travail à l’échelle internationale

Les professionnels de la santé sont dans une position exceptionnelle pour apporter des changements dans l’arène de la santé sexuelle et génésique.

Comment puis-je m’exprimer? Quelle différence fera mon opinion? Vous avez besoin d’aide pour raffiner votre message?

Consultez les messages clés du PISF pour défendre la maternité sans risques et la santé néonatale, ainsi que les droits sexuels et génésiques des femmes partout dans le monde.

La maternité sans risques est une question de justice sociale : nous croyons en une démarche axée sur les droits

La SOGC affirme que la capacité d’une femme à survivre la grossesse et l’accouchement est un droit de la personne fondamental. Le Canada, en tant que signataire de la Déclaration universelle des droits de l’homme et en tant que société qui appuie les droits de la personne comme moyen de créer un monde meilleur, peut faire mieux pour garantir que tous se prevalent de leurs droits de la personne. Il faut faire de la maternité sans risques une question de droits de la personne. Décéder en donnant naissance est une violation inacceptable des droits fondamentaux de la femme.

Soutien à la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD)

Le gouvernement canadien devrait être encouragé à renforcer sa position de soutien en matière de droits sexuels et génésiques dans tous les programmes internationaux en vue d’atteindre les OMD. Bien que tous les objectifs soient interreliés, les OMD 4 et 5 abordent particulièrement l’amélioration des taux de mortalité infantile et la santé maternelle. Malgré le fait que le Canada démontre son soutien envers les OMD, une programmation plus directe et une plus grande responsabilité sont nécessaires. Nous voulons observer des résultats démontrés concernant les moyens que prend le Canada pour faire une différence tangible quant à la réalisation des OMD 4 et 5.

Augmentation de l’Aide au développement international (ADI)

En 2002, le Canada, comme bon nombre de pays donateurs, a affirmé son engagement à la conférence des Nations Unies pour le développement consistant à accroître l’aide internationale à une somme équivalente à 0,7 % de son PNB, objectif reconnu par les Nations Unies. La contribution courante du Canada est moins de 0,3 %. Le gouvernement canadien devrait être un chef de file en matière d’aide et de développement internationaux en raison de sa position privilégiée et devrait s’engager immédiatement à contribuer l’équivalent de 0,7 % de son PNB.

Investir dans les femmes, ça rapporte

C’était le slogan de la 2nd Decennial Conference on Safe Motherhood, Les femmes donnent la vie. Le PISF est d’accord pour dire que l’investissement dans la santé des femmes donnent lieu à d’importants résultats en matière de développement. Lorsque des femmes décèdent, des pays, des communautés et des familles en souffrent. Les enfants de moins de cinq ans font face à un risque accru de mourir si leur mère est décédée. Investir dans les femmes n’est pas seulement la bonne chose à faire, mais cette mesure est judicieuse sur le plan économique. Nous encourageons les gouvernements de tous les pays à investir dans la santé des femmes.

Faire la promotion du travail à l’échelle  internationale