Nouvelles en vedette

Félicitations à Mme Karina Marceau pour l’obtention du Prix d’excellence de la SOGC/FCSF en journalisme portant sur la santé des femmes


La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada et la Fondation canadienne de la santé des femmes sont heureuses de présenter le Prix d’excellence en journalisme à Mme Karina Marceau pour son documentaire Filles de jardiniers dans la catégorie « Reportage diffusé ».

Mme Marceau est une journaliste québécoise bien connue qui a œuvré afin de renseigner le public sur les problèmes courants ainsi que d’explorer en profondeur les problématiques internationales. Filles de jardiniers est un long métrage qui examine la question de l’avortement sélectif en Inde qui frappe les fœtus féminins. Avec sensibilité, passion et professionalisme, Mme Marceau nous raconte l’histoire de 36 millions de femmes qui manquent à l’appel, situation découlant d’une préférence pour les garçons.

Karina Marceau Mme Marceau a également travaillé avec la SOGC dans le cadre de la série télévisée Professionnels sans frontières. Le Dr André Lalonde est en vedette dans un épisode portant sur son travail dans le cadre du Programme international pour la santé des femmes. L’épisode a été tourné à Haïti, en collaboration avec la Société haïtienne des obstétriciens et gynécologues (SHOG). La série sera diffusée sur les ondes de TFO en janvier 2009.

Filles de jardiniers

AVOIR UNE FILLE C’EST COMME ARROSER LE JARDIN DU VOISIN - Proverbe indien. L’Inde est assise sur une bombe à retardement. La menace vient de l’intérieur. Trente-six millions de femmes manquent à l’appel. Le fardeau économique de la dot et une préférence ancestrale pour les garçons, font de la naissance d’une fille un déshonneur. L’échographie et l’avortement, des actes médicaux pourtant censés constituer un progrès pour les femmes, se retournent contre elles. Coincé entre traditions et modernité, le deuxième pays le plus peuplé de la planète élimine des fillettes avant même leur naissance. Des démographes n’hésitent pas à qualifier la crise des avortements sélectifs de fœtus féminins, de véritable fœticide. Filles de jardiniers, est un documentaire profondément humain et bouleversant. Une enquête dans les États où l’élimination des petites filles, par avortement, est devenue une industrie extrêmement rentable. Ce film d’une heure, suit les traces d’une jeune journaliste canadienne, dans sa quête pour comprendre et documenter cette crise démographique et ses désastreuses conséquences sur l’ensemble de la société indienne; incapacité pour les hommes de trouver une épouse, augmentation de la prostitution, aggravation de la pandémie de sida, enlèvements et trafic de femmes, mariages de contrebande… Les images d’une poésie inattendue pour un tel sujet, réussissent à capter l’humanité derrière une réalité qui semble pourtant inhumaine. Évitant le piège du sensationnalisme pervers, les textes d’une grande sensibilité s’inscrivent comme des rayons de soleil dans un ciel menaçant. Un film d’espoir, malgré tout…

Abonnez-vous a notre Flux RSS